Union des Métiers et des Industries Hôtelières de la Haute-Garonne
203 avenue des États-Unis- 31200 TOULOUSE
Ouvert du lundi au jeudi de 9h à 12h et de 14h à 17h ; le vendredi : de 9h à 12h
Téléphone : 05 61 62 00 61
L'UMIH 31 sur Facebook Suivez l'UMIH 31 sur Twitter Flux RSS de l'UMIH 31

Soyez unis...
            ...soyez UMIH !

Informer

Actualités

 

17/03/2016 - LETTRE OUVERTE AUX CITOYENS 3.0 : Les quatre mystifications des plateformes dites « collaboratives »

Roland Héguy

Cessons d’être dupes des mystifications que veulent nous faire avaler des majors d’une économie qui n’a rien de collaborative. Les discours altruistes et « cool » véhiculés par Airbnb, Abritel et autres WizEat, masquent en réalité d’énormes intérêts financiers qui dévorent nos entreprises et nos emplois. Particuliers, consommateurs et élus sont les victimes d’une véritable manipulation qui surfe sur les intentions généreuses et redistributrices d’une économie qui profiterait à tous, alors que seuls quelques financiers et des multipropriétaires immobiliers en bénéficient. Ce qui s’opère sous des yeux aveuglés, c’est un hold-up silencieux où, au lieu de dire « haut les mains ! », on vous fait les poches en vous chantant une berceuse. Comme l’a souligné le rapport du député Pascal Terrasse, rien n’est plus éloigné de l’économie de partage authentique consistant à mutualiser des frais que le business pseudo-collaboratif organisé par des géants américains dont la capitalisation boursière est le moteur.

 

Ce hold-up est insupportable, aussi insupportable que les mystifications édifiées par ces vautours aux ailes d’anges. Il est temps de mettre à jour les mystifications sur lesquelles s’appuient ces géants et qui gangrènent le tourisme français et menacent ses deux millions d’emplois.

 

Première mystification : un collaboratif « jeune et moderne » qui s’opposerait à la ringardise de l’économie de l’hôtellerie-restauration. Il y aurait ainsi d’un côté une économie « cool », sur smartphone, qui prétendrait faire gagner de l’argent aux uns et en économiser à d’autres. Et de l’autre, des hôteliers-restaurateur « pas cool », qui refuseraient de s’adapter aux mutations de l’économie et de la société. Permettez ! Nos entreprises ont été les premières connectées et traversées par les révolutions numériques ; elles investissent massivement dans le champ digital et dans l’innovation. Par ricochet, elles contribuent à l’éclosion d’un écosystème de start-ups du tourisme. Quotidiennement, elles investissent sur l’acquisition de mots-clés sur les moteurs de recherche, vendent près d’une chambre sur deux par internet, font vivre des programmes de fidélité... Elles entendent faire du data un levier de croissance. Nos entreprises n’ont pas attendu les plateformes pseudo-collaboratives pour conclure des partenariats avec des acteurs du vrai collaboratif quand elles y décèlent les avantages qui profitent à leurs clients.

 

Deuxième mystification : des activités créatrices d’emplois alors qu’elles en sont en réalité un vecteur de fragilisation sans précédent. En exerçant des activités similaires à celles de l’hôtellerie mais sans les contraintes fiscales, sociales et réglementaires auxquelles les professionnels sont tenus, le jeu de la concurrence est faussée. Cela cannibalise nos entreprises hôtelières et l’emploi de leurs 170.000 salariés. Et en échange ? Combien d’employés à Airbnb en France ? 28. Où sont les créations d’emplois ?

C’est l’économie du « partage de la précarité » ; c’est un plan social que l’on vous annonce sur l’air (bnb ?) d’une chanson prônant l’amour du partage. Ou va être le gain de pouvoir d’achat ? Quel modèle social souhaitons-nous pour demain ?

 

Troisième mystification : un complément de revenus pour les hébergeurs et une bonne affaire pour les voyageurs. A Paris, 74% du chiffre d’affaires d’Airbnb est généré par des multipropriétaires qui représentent… le tiers des offres ! Donc peu de particuliers parviennent à compléter leurs revenus avec le produit de la location de leur appartement. En revanche, des investisseurs mettent en location à la nuitée leur patrimoine immobilier en se dissimulant souvent sous des avatars, et sont les gagnants du système. Ici, la promesse d’un séjour « à la maison » se transforme en une immersion dans un lieu sans caractère ! Ces types de biens, principalement dans le centre de Paris, génèrent des revenus supérieurs à 1.500 euros par mois. Un vrai business pour ces industriels de « l’hôtellerie masquée », tandis que les appartements des quartiers populaires et moins touristiques de Paris sont très rarement loués en dépit d’une offre abondante. Voilà la réalité des belles promesses d’un revenu d’appoint pour l’habitant ! Un cercle non-vertueux se met en place pour ces mêmes habitants qui voient des quartiers devenir inaccessibles à la location en résidence principale du fait d’une raréfaction d’offres de baux d’habitation ! Dans certaines zones du centre de Paris, il y a ainsi plus de locataires « collaboratifs » chaque mois que de résidents.

 

Quatrième mystification : la contribution du pseudo-collaboratif à la croissance du tourisme français. Quand les plateformes pseudo-collaboratives affirment pouvoir offrir les hébergements permettant à la France d’accueillir demain 100 millions de touristes, c’est une hypocrisie de plus. Tout simplement parce que ce n’est pas une carence d’hébergements qui freine la croissance de notre tourisme. Mais plutôt le manque d’infrastructures et de promotion de nos destinations. Quel voyageur choisit un mode d’hébergement sans connaître la destination ? Ce n’est pas avec des hébergements supplémentaires que nous accueillerons plus de touristes à Uzerche, perle du Limousin ! Mais en faisant connaître les régions et en améliorant les dessertes. Nos élus ne doivent pas se laisser tromper et endormir par ces fausses idées qui vont conduire à la destruction des entreprises hôtelières sur leurs territoires. Ne lâchons pas la proie d’une économie réelle pour l’ombre !

 

Citoyens 3.0, soyez alertés de l’hypocrisie du discours. A défaut du partage promis, les plateformes pseudo-collaboratives créent des effets pervers qui gangrènent le tourisme français. Etre moderne, c’est respecter la concurrence et le consommateur !

 

Roland Héguy
Président confédéral UMIH

 

22/02/2016 - Une nouvelle équipe pour vous représenter


Ivo Danaf Président général / Bernard Courreges Vice-président général

La nouvelle Equipe de l’Umih 31 pour le mandat 2016-2018
La nouvelle Equipe de l’Umih 31 pour le mandat 2016-2018

 

17/11/2015 - L’UMIH appelle à la défense de nos valeurs

Face à la barbarie inqualifiable, qui a touché la France en plein cœur en frappant des cafés et des restaurants, l’UMIH tient à exprimer aux patrons de ces établissements et à leurs salariés sa solidarité.

Voir le communiqué de presse.

 

01/07/2015 - Contrat de mandat définitivement adopté!

Aujourd'hui est un grand jour pour l'hôtellerie française. Nous sommes très heureux de vous annoncer que, cette nuit, les sénateurs ont définitivement adopté l'article 33 octies A du projet de loi Macron qui vise à instaurer un contrat de mandat entre les hôtels et les plateformes de réservation en ligne ET donc à annuler les effets de la clause de parité tarifaire.

Concrètement, grâce à ce vote:

Concrètement, nous redonnons aujourd'hui aux 17 000 hôteliers français leur liberté tarifaire et commerciale : ils seront libres de différencier leurs canaux de distribution et libres de proposer sur leur propre site internet des prix inférieurs à ceux affichés sur les plateformes de réservation en ligne.

C'est la récompense d'un travail commun mené par Laurent DUC et la branche Hôtellerie, par nos élus et les structures associées, par les services de l'UMIH, et par votre mobilisation.

Concernant la suite de la procédure parlementaire, les sénateurs ayant adopté l'article 33 octies A conformément au vote de l'Assemblée nationale, cette partie du texte du projet de loi MACRON est définitivement adoptée. Elle entrera en application, une fois la loi promulguée, d'ici mi-août.

Nous vous tiendrons informés.

 

Fiers d'être UMIH !

 

Frédéric MICHEL
Président des Hôteliers UMIH 31

Ivo DANAF
Président général UMIH 31

Télécharger le communiqué de presse

 

21/06/2015 - BPI France lance un nouveau dispositif de Prêt Restauration

L’UMIH et ses syndicats associés (GNC, CPIH, SNRTC, SNRPO) saluent la présentation du nouveau dispositif du Fonds de modernisation de la restauration qui permettra un accès au crédit facilité pour les restaurateurs, annoncé par le Président de la République lors du salon Planète PME à l’occasion de la signature entre BPI France et le Gouvernement de la convention du Prêt Restauration.

Télécharger le communiqué de presse

 

16/06/2015 - Prix Lucien Vanel 2015/2016

Toulouse à table

Télécharger le bulletin d'inscription au Prix Lucien Vanel

Télécharger la lettre d'inscription au Prix Lucien Vanel

 

09/06/2015 - Des menus en braille au resto

Comment lire le menu lorsque l'on est mal voyant ? Cela change tout s'il est en braille ! Et c'est désormais possible grâce au partenariat entre le Centre Toulousain de Transcriptions en Braille, installé depuis 1982 à Toulouse, et l'Union des Métiers de l'Industrie Hôtelière.

Voir l'article

 

22/04/2015 - Guide Toulouse en mode nuit

Télécharger le guide

Toulouse en mode nuit

 

13/02/2015 - TAXE DE SÉJOUR TOULOUSE - Augmentation / un mauvais signal de la ville de Toulouse

Délibération du Conseil Municipal du 30/01/2015

Chers adhérents,

L?UMIH31 et le GNC, accompagnés du Club Hôtelier Toulousain, dénoncent la délibération du conseil municipal du 31 janvier 2015, que vous trouverez ci-joint.

Cette délibération entérine une augmentation de la Taxe de Séjour sur la commune de Toulouse.

Il s´agit là d´une décision unilatérale, sans concertation : mauvais signal qu´envoie la ville de Toulouse au moment où nous nous préparons à accueillir de nombreux évènements.

La municipalité n´a jamais annoncé une augmentation de la Taxe de Séjour, lors des deux rendez-vous initiés par l´Umih 31, demandés depuis juillet 2014, date de l´abandon des 2 nouvelles surtaxes en hôtellerie.

Nous regrettons la complexité du calendrier retenu, issu d´une décision précipitée et resterons vigilants sur l´application de la taxe de séjour à toutes les formes d´hébergement comme mentionné dans le délibéré.

Nous suivrons les engagements annoncés sur la signalétique des hôtels et resterons attentifs à l´accomplissement des promesses.

L´Umih 31 demande que l?utilisation annoncée des fonds, soit respectée : la Promotion de la destination Toulouse.


NB : Les anciens tarifs continuent à s´appliquer aux séjours déjà réservés dans des conventions en cours signées préalablement entre les hôteliers et tours opérateurs.

Frédéric MICHEL
Président des Hôteliers

Ivo DANAF
Président Général 

UMIH 31
22 Bd Carnot
31000 Toulouse

Tel 05 61 62 00 61

umih31@wanadoo.fr

 

27/11/2014 - Semaine de mobilisation patronale pour la croissance et l'emploi

Message du Président confédéral de l'UMIH Roland HEGUY

Chers Adhérents,

Le MEDEF, la CGPME et l'UPA ont décidé de lancer une semaine de mobilisation des chefs d'entreprise pour la croissance et l'emploi, à partir du 1er décembre 2014, soit la semaine de notre 62ème Congrès national.

L'UMIH, membre de ces trois organisations interprofessionnelles, s'inscrit pleinement dans cette semaine de mobilisation et invite l'ensemble des chefs d'entreprises de notre secteur à participer aux différentes actions lancées par les instances interprofessionnelles au niveau local.
Certaines d'entre elles, vous ont déjà été relayées par vos antennes départementales.

Au plan national, un temps de notre Congrès sera consacré à cette opération afin de faire comprendre à tous les élus les difficultés actuelles et le manque de réalisme de certains dispositifs, de tracer des pistes de solutions et de convaincre de la nécessité urgente d'une cohérence d'action et de pragmatisme économique.

Une lettre ouverte de la profession « Un cadre clair, stable et favorable pour retrouver confiance, croissance et emplois» sera signée par vos présidents départementaux et sera adressée au gouvernement. La presse sera conviée à cet événement.

Roland HEGUY
Président Confédéral de l'UMIH
Hervé BECAM
Vice-Président Confédéral de l'UMIH

Les bureaux de l'UMIH 31 seront fermés à l'occasion de la journée du 1er décembre afin de suivre la mobilisation de la CGPME 31

Ivo DANAF
Président général UMIH 31.

Appel à la mobilisation CGPME

 

13/11/2013 - Lettre de Yvo Danaf, président UMIH 31 à M. le Préfet de la Haute-Garonne

Lire la lettre

 

17/10/2014 - Accessiblité : ordonnance, ADAP

Accessibilité Toutes les précisions auprès de votre syndicat.
Une information par mail vous a été envoyé.

 

26/09/2014 - Toulouse à table

Toulouse à table

 

Vous devez être adhérent à l'UMIH pour accéder au contenu des circulaires.
En savoir plus sur l'adhésion